L’Agilité fait de plus en plus partie des demandes des organisations, et forcément on a les inconvénients des avantages. L’avantage c’est d’avoir un sponsor de la démarche (top-down) dès le départ, ce qui est favorable pour créer du sens et lever certains freins. Le désavantage c’est le fait de perdre le mouvement d’initiative des équipes (bottom-up) que nous avions connu au démarrage de l’Agilité, ce qui génère une perte de sens et déclenche certains freins. La boucle est bouclée. CQFD.

Aujourd’hui, je rencontre des personnes et des équipes opérationnelles qui se plaignent de l’Agilité, autrement dit de la démarche de mise en oeuvre et d’accompagnement de l’Agilité au sein de leurs organisations. Je ne vous explique pas dans quel état cela me met. En tout cas, cela (me) pose question.

Il est effectivement difficile d’être respectueux des cultures locales lorsqu’on arrive avec une méthode experte qui secoue et déplace le locus de contrôle* des personnes et des équipes. Cela ne rend pas justice à la complexité du réel. Cela crée même un marché automatique : pour passer d’un point à un autre, il faut convoquer un expert, le plus souvent étranger à l’organisation.

J’en viens donc de plus en plus à communiquer, avec la Direction, les équipes et les personnes, sur l’état d’esprit dans lequel je travaille. Ce qui m’amène à identifier une troisième voie respectueuse des identités des équipes :

Chers/chères Coachs Agile,

Nous sommes membres d’une équipe.

Nous n’aimons pas lorsque vous venez « plaquer » vos valeurs Agile sur notre équipe, dans notre entreprise. Nous préférons que vous nous aidiez à les faire émerger si nécessaire, les formaliser le plus souvent, et encore mieux à les « incarner » ensemble sur le terrain. Votre première compétence est l’Humilité.

Nous n’aimons pas lorsque vous venez « casser » l’organisation de notre équipe, bureaucratique peut-être, trop hiérarchique sans doute, mais qui offre plus de sécurité que lorsque vous autoproclamez « l’auto-organisation » voire « la libération » du jour au lendemain. Nous préférons que vous nous aidiez à apprendre à le devenir, un jour après l’autre. Votre deuxième compétence est la Lucidité.

Nous n’aimons pas lorsque vous venez « nier » ou maladroitement « ignorer » nos compétences locales et savoir-faire locaux. Nous n’avons pas que des histoires de problème, nous avons aussi des histoires de succès. Au lieu de tout de suite nous faire rentrer dans un cadre Agile et remplacer notre boîte à outils, nous préférons que vous nous aidiez à reconnaître et faire reconnaître ces histoires de compétences et de savoir-faire. Votre troisième compétence est le Respect.

Nous affirmons qu’une équipe qui se rappelle qui elle est, qu’une équipe qui a une identité forte, peut changer plus facilement et devenir Agile toute seule. Si toutefois l’Humilité, la Lucidité et le Respect font partie de vos compétences de vie, venez éclairer des chemins sur lesquels nous trébucherons ensemble.

Si nous prenions ce manifeste à la lettre, qu’est-ce que cela pourrait changer à notre façon de travailler avec l’Agilité ?

Ce manifeste narratif trouve son origine dans une de mes séances de supervision individuelle.

*Quel est votre locus de contrôle ?