Ayeba et Romain Couturier s’associent pour une formation facilitation graphique, les 11 et 12 décembre prochain.

Rappelez-vous de votre dernière réunion, vous souvenez-vous de ce qui a été dit ? des sujets abordés ? des actions qui ont été prises ? Et vos souvenirs, sont-ils tout à fait les mêmes que ceux de vos collègues ?

Qu’est-ce que la Facilitation Graphique ? Nous avons voulu en savoir plus avec notre formateur.

image-formation-facilitation-graphique-2

Bonjour Romain et merci de te prêter au jeu de l’interview. Pour commencer, quelle est ta définition de la facilitation graphique ?

Bonjour Guillaume,

La facilitation graphique, c’est l’utilisation, par un groupe de personnes, de toute représentation visuelle pour l’assister dans sa réflexion, sa compréhension des messages, son argumentaire.

L’objectif d’utiliser la facilitation graphique dans une séance de travail est double :

  • chaque personne du groupe comprend les idées qui sont échangées en préservant le sens,
  • s’assurer que chacun est écouté, compris et que ses idées sont connectées à celles des autres.

La facilitation graphique aide la communication entre les individus qui est principalement verbale. Elle renforce le sens des mots par l’utilisation des dessins.

Une question que peuvent se poser nos futurs participants : faut-il savoir dessiner pour faire de la facilitation graphique ?

Je ne savais pas dessiner quand j’ai démarré la facilitation graphique mais je savais me servir d’un crayon et d’une feuille de papier. Ce sont les seuls pré-requis techniques, et la plupart des personnes les ont !

La notion de “savoir dessiner” est souvent associée au talent et aux compétences artistiques. La facilitation graphique, ce n’est pas du dessin ! Nous utilisons principalement l’écoute et restons attentifs à “comment est construite l’information”. L’intention avec la facilitation graphique n’est pas de faire beau, mais de renvoyer le sens des idées qu’un groupe est en train de partager.

Avec mes groupes de travail, je prends toujours l’engagement en moins d’une minute que les personnes sachent dessiner … et j’ai toujours tenu mon engagement 🙂 Il n’y a pas de secret, si la dernière fois que vous avez dessiné remonte à l’enfance (ce qui est le cas pour la plupart d’entre nous), alors votre niveau de dessin sera enfantin, ce qui est un niveau tout à fait acceptable ! (combien de parents considèrent que leurs enfants savent mieux dessiner qu’eux ?). J’ai observé que ce complexe prend de plus en plus de place avec les années. J’ai aussi observé que ce complexe se dissipe d’autant plus rapidement que les personnes osent poser sur une feuille quelques mots, quelques traits. A partir du moment où cette représentation visuelle sert le groupe de travail, la notion de “savoir dessiner ou non” disparaît pour laisser la place à “Qu’est-ce qui se dit ? Quelles sont les idées exprimées ?”.

Romain lors de l'Agile Tour Bordeaux

Romain lors de l’Agile Tour Bordeaux 2014

Si le dessin n’est pas l’essentiel, alors quelles sont les compétences requises ?

L’écoute et l’esprit de synthèse ! Étonnant alors que le livrable principal est visuel 🙂 Je crois profondément que tout le monde en est capable. Certes certains l’ont plus développé plus que d’autres au fil des années mais l’écoute et l’esprit de synthèse se travaillent pas à pas.

L’écoute porte sur ce qui est exprimé par le groupe mais aussi l’écoute de soi, de ses émotions, de ses filtres liés à ses croyances et ses valeurs. C’est un exercice passionnant qui permet de redécouvrir ses capacités de concentration.

L’esprit de synthèse c’est se concentrer sur les messages et idées clé qui servent le groupe dans ses réflexions. Mais attention, l’esprit de synthèse se fait miroir de la qualité des idées et des informations partagées par un groupe. Il est donc difficile de synthétiser des informations chaotiques. Je l’observe à chaque session, la facilitation graphique est aussi une aide précieuse pour chacun pour structurer son discours, ses idées et l’art de raconter des histoires (storytelling).

Au final, le rendu visuel doit être le plus fidèle à ce qui a été dit et partagé, sans analyse individuelle du facilitateur graphique.

Comment utilises-tu la facilitation graphique au quotidien ?

Dès que je peux :

  • En formation : j’ai quasiment arrêté l’utilisation de Power Point au profit d’une construction live des supports. Cela me permet de capter l’attention des participants et d’intégrer leurs questions et leurs réponses. Mes formations sont beaucoup plus interactives et dynamiques qu’avant. Et les participants repartent souvent avec les feuilles qui sont plus intéressantes que les supports numériques !
  • En coaching : je fais beaucoup d’accompagnement individuel et d’équipe en gestion de projet. Pour comprendre une situation, j’ai besoin d’avoir une vue systémique de l’environnement. Avec la facilitation graphique, je peux voir ce qui est invisible et poser des questions plus pertinentes pour aider les équipes à trouver leurs solutions.
  • En avant-vente : quand je peux, je modélise la problématique des clients et je leur explique ma proposition de service avec une représentation visuelle. Le résultat est plus impactant qu’un simple échange verbal et je suis certain que nous nous sommes compris.
  • Pour structurer un séminaire de travail, pour préparer mes présentations, en cours avec des étudiants

Cette liste est loin d’être exhaustive, les usages de la facilitation graphique sont multiples et nous n’en sommes qu’au début.

Nous avons eu le plaisir de te voir à l’œuvre à l’Agile Tour Bordeaux cette année, tu as encouragé les participants à ton atelier à être des « voleurs visuels », qu’entends-tu par-là ?

C’est un concept simple que j’ai eu besoin de développer pour progresser dans la facilitation graphique. Être un “voleur visuel” c’est réutiliser toutes les représentations visuelles qui nous entourent pour enrichir son vocabulaire graphique. Et elles sont nombreuses ! : publicités dans la rue, logos de marques, magazines, icônes et images sur le Web… En facilitation graphique, nous n’avons pas le temps de créer ou d’inventer des représentations visuelles, il faut s’appuyer ce que nous avons déjà vu. Soyons honnêtes, c’est le travail de milliers de personnes dans le monde de créer des visuels simples, puissants et efficaces. Certains sont très facilement reproductibles, alors autant s’en inspirer 🙂

Merci Romain pour ces éclairages et ta disponibilité, à bientôt !

Vous pouvez retrouver l’ensemble des réalisations de Romain en consultant son portfolio sur le site de la FGCP (Facilitation Graphique, Communauté de Praticiens).

image-formation-facilitation-graphique-1

Formation facilitation graphique – 11 et 12 décembre 2014 à Bordeaux.

Téléchargez le programme et remplissez le formulaire : http://bit.ly/InscriptionFG pour vous inscrire.