Jean-Francois-Zobrist-CJD-BordeauxLe Centre des Jeunes Dirigeants Bordeaux-Gironde (CJD) a reçu ce lundi 20 janvier l’emblématique Jean-François Zobrist, invité afin de témoigner des modes de management basés sur le bon sens et l’intuition qu’il a intégrés dans l’entreprise FAVI, aujourd’hui leader sur son marché. Ayeba était présente.

Le « petit patron naïf et paresseux » comme il aime se définir a débuté son intervention de façon optimiste en martelant : « Ce n’est pas une crise, juste une fin de cycle ». L’ancien directeur de l’entreprise Picarde a décliné sa vision de l’entreprise libérée en ponctuant son discours d’exemples concrets et de références à l’histoire et même… la pré-histoire ! La plupart de ses exemples sont répertoriés dans quatre livres qu’il a écrit. Lui vous dira de ne pas les acheter car ils sont disponibles sur le site de l’entreprise Favi à cette adresse : http://www.favi.com/managh.php. Vous pourrez découvrir des histoires comme celle de la femme de ménage holomorphe que nous adorons chez Ayeba. Alexis, au moment des questions/réponses n’a pu s’empêcher de demander à notre conférencier du soir une version en direct. Une démarche louable de laisser ces informations en libre accès « pour les jeunes » dixit l’ancien directeur : Merci !

« Mais vous rendez-pas compte m’sieur ! »

Il n’y avait pas de plan défini pour cette intervention, pas étonnant quand on sait maintenant que l’homme a supprimé les plannings dans son entreprise, tout comme les contrôles qualité ou encore les tableaux Excel débordant d’analyses et de prévisions. Vous pensez cela impossible ?
« Mais vous rendez-pas compte m’sieur ! » l’ancien dirigeant a entendu cette phrase toute sa carrière et c’est justement une de ses forces : avoir agi, respecté ses intuitions.
Respecter ses intuitions et sortir de son bureau sont les deux points sur lesquels Jean-François Zobrist a insisté. Sortir et parler à ses collaborateurs sont des moyens très simple de récolter des idées. D’ailleurs les idées et innovations de FAVI ne lui sont pas venues en tête en réfléchissant seul de son côté ni en faisant appel à une « boite à idées », une bêtise affirme-t-il de voir que dans certaines entreprises des idées d’ouvriers sont jugées par des cadres et supérieurs.

Pas de performance sans bonheur

Avec parfois un ton étonnant Jean-François Zobrist a eu la grande simplicité de reconnaître que la valeur de l’entreprise est créée par les salariés et non par les dirigeants ou le patron. A l’image d’une équipe de sport collectif, pour lui le patron est « en dehors du terrain ». Pas au milieu de son équipe mais plutôt « à côté » tel un entraineur sur le banc de touche qui a assez de recul.S’il est sur le terrain, il va vouloir jouer à tous les postes et va au contraire user l’équipe. Une métaphore que j’ai savourée tellement elle est parlante et fait appel à certains de mes souvenirs. En position d’entraineur il doit être un moteur, pour lui « les hommes marchent aux rêves, aux étoiles, à la vision partagée » c’est sur ces points que le dirigeant doit accompagner son équipe. Zobrist avoue tout de même s’être appuyé sur des outils d’amélioration continue dont les plus connus : 5S, Kaizen, les cinq pourquoi, QQOQCP, PDCA… L’homme manifeste aussi une grande curiosité pour le Japon où un grand nombre de ces concepts ont vu le jour, il y envoie régulièrement des ouvriers en formation, car eux voient les gestes et façon de travailler que ne remarque pas un ingénieur ou un commercial.

« Le management, ce n’est pas faire, c’est une sorte de laisser-faire, pour faire en sorte que les choses se fassent d’elles-mêmes »  Twitter logo noir

L’ancien dirigeant a conclu en toute humilité en rappelant que ce n’était pas une vérité, seulement le témoignage d’une expérience qu’il a vécue durant plus de 30 ans dans le nord de la France et qui continue aujourd’hui avec son successeur dans un un secteur hautement concurrentiel et sujet à délocalisation. Son expérience a depuis encouragé d’autres entreprises à manager par la confiance, nous essayerons de vous en présenter quelques unes dans des articles à venir. Avant de conclure cet article, nous vous recommandons le documentaire ci-dessous « Question de confiance » réalisé en 2009 par François Maillart sur l’organisation au sein de l’entreprise picarde au rythme des trois huit. Puis nous vous invitons à réagir/répondre en laissant un commentaire : que vous inspire cette organisation ?

Question de Confiance Favi Zobrist

Isabel-Monville-Jean-Francois-Zobrist

L’ensemble de l’équipe Ayeba profite également de ce premier billet de l’année 2014, pour vous souhaiter une nouvelle année riche en projets professionnels et personnels captivants avec un maximum de réussite.