Compétences d’un manager agile

Compétences d’un manager agile

Un de nos partenaires nous demandait récemment quelles étaient les compétences d’un manager agile. Cela m’a donné l’idée de demander sur Twitter quelles étaient les 3 compétences clés d’un manager agile.


Les réponses reçues sont passionnantes et couvrent les multiples facettes représentant l’évolution du rôle par rapport à ce que l’on entend être le rôle classique du manager.

Le manager agile devrait :

  • faire preuve d’humilité
  • être à l’écoute
  • avoir la capacité de faire partager une vision
  • être assertif
  • donner confiance
  • apporter une vision à long terme
  • avoir la capacité d’apprendre et de se remettre en cause
  • savoir changer de titre (et oui… difficile de lacher le mot « manager »…)
  • soutenir l’auto-organisation
  • motiver
  • inspirer

Une des réponses m’a particulièrement amusé, générant chez moi le « oui, bien sur… » : 

 

Vous l’avez surement reconnu, il s’agit de la formulation la plus simple pour arriver à décrire ce manager agile puisqu’elle reprend le manifeste agile publié en 2001. Notre manager agile devrait donc principalement avoir la capacité de créer et nourrir cette culture de l’agilité dans son organisation. Détaillons cela ensemble.

Le manifeste est introduit par une première phrase essentielle (les phrases du manifeste apparaissent en gras dans la suite du texte) :

Nous découvrons comment mieux développer des logiciels par la pratique et en aidant les autres à le faire.

Cette phrase explicite à la fois le contexte de la création du manifeste (le développement de logiciels), l’approche pragmatique et la volonté de développer une dynamique d’amélioration continue s’appuyant sur le partage et l’échange. 12 ans après la publication du manifeste, on sait par la pratique que les valeurs et principes explicités dans le manifeste agile peuvent s’appliquer à d’autres activités que le développement logiciel.

Ces expériences nous ont amenés à valoriser :

  • Personnes et interactions plutôt que processus et outils
  • Logiciels fonctionnels plutôt que documentation détaillée
  • Collaboration avec le client plutôt que négociation de contrat
  • Adaptation au changement plutôt que le suivi du plan

Nous reconnaissons la valeur des seconds éléments, mais privilégions les premiers.

Cette dernière phrase permet de préciser la pensée des rédacteurs, en explicitant par exemple que l’idée n’est pas de ne pas avoir de documentation, mais que la priorité est de produire un résultat, pas une documentation décrivant un résultat qui arriverait dans un futur indéterminé.

J’utilise régulièrement le manifeste pour expliquer ce que l’on entend par « agile ». Je suis souvent surpris de constater que le manifeste n’est pas connu et encore plus surpris de constater que l’expression des valeurs suscitent souvent l’adhésion dans des organisations qui ne sont absolument pas « agile », voire même que les personnes considèrent être en accord avec ces valeurs dans leur organisation, alors que ce n’est souvent pas le cas.

Il est utile alors d’entrer dans le détail des 12 principes sous-jacents qui viennent compléter ces valeurs :

Nous suivons ces principes :

  • Notre plus haute priorité est de satisfaire le client en livrant rapidement et régulièrement des fonctionnalités à grande valeur ajoutée.
  • Accueillez positivement les changements de besoins, même tard dans le projet. Les processus Agiles exploitent le changement pour donner un avantage compétitif au client.
  • Livrez fréquemment un logiciel opérationnel avec des cycles de quelques semaines à quelques mois et une préférence pour les plus courts.
  • Les utilisateurs ou leurs représentants et les développeurs doivent travailler ensemble quotidiennement tout au long du projet.
  • Réalisez les projets avec des personnes motivées. Fournissez-leur l’environnement et le soutien dont ils ont besoin et faites-leur confiance pour atteindre les objectifs fixés.
  • La méthode la plus simple et la plus efficace pour transmettre de l’information à l’équipe de développement et à l’intérieur de celle-ci est le dialogue en face à face.
  • Un logiciel opérationnel est la principale mesure d’avancement.
  • Les processus Agiles encouragent un rythme de développement soutenable. Ensemble, les commanditaires, les développeurs et les utilisateurs devraient être capables de maintenir indéfiniment un rythme constant.
  • Une attention continue à l’excellence technique et à une bonne conception renforce l’Agilité.
  • La simplicité – c’est-à-dire l’art de minimiser la quantité de travail inutile – est essentielle.
  • Les meilleures architectures, spécifications et conceptions émergent d’équipes auto-organisées.
  • À intervalles réguliers, l’équipe réfléchit aux moyens de devenir plus efficace, puis règle et modifie son comportement en conséquence.

C’est en abordant les principes que les personnes détectent le plus facilement les écarts par rapport à leurs pratiques actuelles. C’est également à ce moment qu’elles commencent à imaginer des chemins pour appliquer certains principes.

Notre manager agile doit donc être en capacité de suivre ces principes dans son organisation.

 

Et vous, qu’en pensez-vous ?